Réveillons aux Urgences

2 décembre 2016  |  dans Photos

Ce patient s'est plaint de douleurs à la poitrine et au bras, s thumbnail
Une infirmière dessine un coeur sur le bras de son collègue. L thumbnail
Les infirmières font une pause cigarette devant le service. Ce thumbnail
Une patiente en zone de soin des urgences. Ce service d'urgences thumbnail
Un patient dort en zone de soin des urgences. Ce service d'urgen thumbnail
La nuit étant très calme, l'équipe médicale se réunit en sa thumbnail
Un homme sans domicile (à droite) parcourt le service à la rec thumbnail
La salle de déchocage est réservée aux urgences vitales. Ce p thumbnail
Un infirmière raccompagne dans son box de consultation un patie thumbnail
Un neurologue de l'hôpital est descendu aux urgences pour exami thumbnail
Un couple s'embrasse après que l'infirmière a demandé aux vis thumbnail
Un aide-soignant installe des paravents autour du lit d'un patie thumbnail
Pendant que son amie passe des examens, cet homme patiente en zo thumbnail
Un aide-soignant fait rire ses collègues en salle de détente. thumbnail
Une patiente se plaint aux infirmière de ne pas pouvoir porter thumbnail
Un patient ukrainien, très éméché, demande à l'infirmière thumbnail
Cet homme, amené par les pompiers et la police, est en pleine c thumbnail
Ce patient s'est plaint de douleurs à la poitrine et au bras, s
Une infirmière dessine un coeur sur le bras de son collègue. L
Les infirmières font une pause cigarette devant le service. Ce
Une patiente en zone de soin des urgences. Ce service d'urgences
Un patient dort en zone de soin des urgences. Ce service d'urgen
La nuit étant très calme, l'équipe médicale se réunit en sa
Un homme sans domicile (à droite) parcourt le service à la rec
La salle de déchocage est réservée aux urgences vitales. Ce p
Un infirmière raccompagne dans son box de consultation un patie
Un neurologue de l'hôpital est descendu aux urgences pour exami
Un couple s'embrasse après que l'infirmière a demandé aux vis
Un aide-soignant installe des paravents autour du lit d'un patie
Pendant que son amie passe des examens, cet homme patiente en zo
Un aide-soignant fait rire ses collègues en salle de détente.
Une patiente se plaint aux infirmière de ne pas pouvoir porter
Un patient ukrainien, très éméché, demande à l'infirmière
Cet homme, amené par les pompiers et la police, est en pleine c

Ce patient s'est plaint de douleurs à la poitrine et au bras, signes d'infarctus. Un infirmier le transfère au service de cardiologie pour des examens approfondis. Ce service d'urgences appartient à l'hôpital Henri Mondor de Créteil (94).

Une infirmière dessine un coeur sur le bras de son collègue. La pression du quotidien et les horaires décalés impliquent une vraie solidarité entre les membres du service. Ce service d'urgences appartient à l'hôpital Henri Mondor de Créteil (94).

Les infirmières font une pause cigarette devant le service. Ce service d'urgences appartient à l'hôpital Henri Mondor de Créteil (94).

Une patiente en zone de soin des urgences. Ce service d'urgences appartient à l'hôpital Henri Mondor de Créteil (94).

Un patient dort en zone de soin des urgences. Ce service d'urgences appartient à l'hôpital Henri Mondor de Créteil (94).

La nuit étant très calme, l'équipe médicale se réunit en salle de repos pour un repas de Noël. Ce service d'urgences appartient à l'hôpital Henri Mondor de Créteil (94).

Un homme sans domicile (à droite) parcourt le service à la recherche d'une cigarette. Il vient de trouver un patient, complètement ivre, prêt à lui offrir un cigare. Ce service d'urgences appartient à l'hôpital Henri Mondor de Créteil (94).

La salle de déchocage est réservée aux urgences vitales. Ce patient est sujet à un œdème de Quincke : suite à une allergie alimentaire, les muqueuses de la gorge gonflent et l'empêchent de respirer. Ce service d'urgences appartient à l'hôpital Henri Mondor de Créteil (94).

Un infirmière raccompagne dans son box de consultation un patient âgé qui voulait s'en échapper pour rentrer chez lui avant d'avoir été soigné. Ce service d'urgences appartient à l'hôpital APHP Henri Mondor de Créteil (94).

Un neurologue de l'hôpital est descendu aux urgences pour examiner ce jeune patient, sujet à des crises d'épilepsie. Ce service d'urgences appartient à l'hôpital APHP Henri Mondor de Créteil (94).

Un couple s'embrasse après que l'infirmière a demandé aux visiteurs de quitter la zone de soin. Envoyé aux urgences par son médecin inquiet, cet homme va passer la nuit à l'hôpital. Ce service d'urgences appartient à l'hôpital APHP Henri Mondor de Créteil (94).

Un aide-soignant installe des paravents autour du lit d'un patient épileptique. Ce service d'urgences appartient à l'hôpital APHP Henri Mondor de Créteil (94).

Pendant que son amie passe des examens, cet homme patiente en zone de soins et recharge son portable. Régulièrement, les patients demandent au personnel si "la zone dispose d'un wi-fi pour se connecter". Ce service d'urgences appartient à l'hôpital APHP Henri Mondor de Créteil (94).

Un aide-soignant fait rire ses collègues en salle de détente. L'humour a une place prépondérante aux urgences, les plaisanteries aident les personnels à évacuer la pression et les drames qui défilent dans le service. Ce service d'urgences appartient à l'hôpital APHP Henri Mondor de Créteil (94).

Une patiente se plaint aux infirmière de ne pas pouvoir porter ses vêtements. Les patients sont systématiquement habillés d'une blouse jetable, durant leur présence aux urgences ils ne gardent sur eux que leurs sous-vêtements. Ce service d'urgences appartient à l'hôpital APHP Henri Mondor de Créteil (94).

Un patient ukrainien, très éméché, demande à l'infirmière si ce sang sur le drap est le sien. Ce service d'urgences appartient à l'hôpital APHP Henri Mondor de Créteil (94).

Cet homme, amené par les pompiers et la police, est en pleine crise. Extrèmement violent, il crache sur le personnel qui n'a d'autre choix que de l'entraver momentanément. Il faudra près de 10 personnes, et les menottes de la police, pour le transférer dans une chambre. Ce service d'urgences appartient à l'hôpital APHP Henri Mondor de Créteil (94).

J’ai passé les réveillons de Noël et du 31 décembre 2014 dans le service d’urgences de l’hôpital Henri Mondor à Créteil. De 18 heures à 7 heures du matin, les équipes de permanence sont, comme tous les autres jours de l’année, confrontées à la détresse et à la solitude des patients. Pour eux, ce sont presque des jours comme les autres.